mercredi, juillet 17, 2019
Store Dronevolt Blog

Prise en main de l’Osmo

DRONEVOLT 10 mai 2016 Caméras et stabilisateurs, Tests Commentaires fermés sur Prise en main de l’Osmo

L’Osmo a été annoncé à la fin de l’année 2015 par DJI; à l’heure ou l’entreprise leader sur le marché des drones sort une version destinée aux professionnels, revenons sur cette première mouture.

DJI l’a bien compris; le fond et la forme sont importants! Osmo boiteTel Apple, le groupe de Shenzhen apporte un soin particulier à son emballage. L’Osmo est donc livré dans une superbe boite noire du plus bel effet; à l’intérieur, la caméra et son système de stabilisation sont protégés par une « pochette rigide » qui protégera parfaitement l’ensemble.  Cette housse de protection n’est pas compatible avec la caméra Zenmuse X3 livrée avec l’Inspire 1. Enfin, une bandoulière peut s’accrocher vous permettant de porter à l’épaule votre caméra.
Ce qui marque lorsque l’on découvre l’Osmo pour la première fois, c’est la qualité de construction! Cette qualité se traduit par un poids de 530g (avec batterie). DJI a opté pour des matériaux nobles: aluminium noir pour la caméra et les moteurs. Le support de smartphone est gris. L’ensemble est superbe!

Passons maintenant à l’utilisation de cette caméra: en préambule, il vous faudra installer l’application DJI GO, bien connu de tous les possesseurs de drones de la marque. La connexion entre l’Osmo et l’app se fait via un réseau wifi ad-hoc. Le seul câble que vous pouvez brancher sur cette caméra est un micro; nous en parlerons plus tard. Par ailleurs, il vous faudra charger la batterie de 980mAh; comptez une heure.
L’Osmo crée donc un réseau; une fois connecté dessus et après le lancement de l’application, un message me demande d’effectuer une mise-à-jour du site. Pas d’inquiétude particulière car elle s’effectue Over the Air, OTA. Rien à faire!

Lorsque l’Osmo n’est pas utilisé, il est verrouillée sur ses 3 axes; avant chaque utilisation, il faut donc penser à les déverrouiller. Cette opération se fait en pivotant le bras de la caméra vers la gauche pour l’axe horizontal, vers le bas pour l’axe vertical et en positionnant le bouton sur le cadenas ouvert pour l’axe panoramique. Attention à ne pas confondre avec la bague se situant au-dessus du joystick qui vous permet de changer l’ensemble caméra / stabilisation (si vous avez un Inspire par exemple)!large_p-3

La prise est main est excellente et l’ergonomie bien pensée; les boutons tombent sous les doigts. Sous l’index, une gâchette vous permet de choisir entre différents modes; vertical, suspendu, lampe de poche ou selfie. A l’utilisation, j’ai constaté que je privilégiais le mode lampe de poche qui  est, à mon avis, plus confortable. Le déclenchement d’une photo ou d’une vidéo se fait avec le pouce; En mode vidéo, vous pourrez également contrôler la caméra avec le joystick situé juste à côté. Enfin, ce contrôle peut également se faire via l’app DJI Go; il vous suffit alors d’orienter la caméra via l’écran de votre smartphone. A noter que l’ensemble des réglages se modifieront via l’app DJI (de ta résolution vidéo en passant par les paramètres du timelapse jusqu’à l’éditing de vos rushs!). Afin de tirer la substantifique moelle de votre Osmo, il vous faudra la connecter à un smartphone récent. Dans le cas contraire, vous constaterez un délais de latence dans l’affichage vidéo.

Le capteur CMOS Sony Exmor, au format 1/2.3, délivre des vidéos en UHD (soit de la 4K à 4096×2160 à 24/25fps), en HD jusqu’à 120fps ce qui vous garantie de superbes ralentis. Côté photo, vos images enregistrées soit en DNG (l’équivalent du RAW), soit en JPG feront 4000×3000. A noter que ce mode vous donne accès à différents modes: prise unique, multiples, bracketing et intervalomètre. La fonction panorama permet de couvrir 360° à l’horizon (caméra à 0°). Pour ceux qui seraient intéressés par la réalisation de visite virtuelle, ce n’est, à ce jour, pas possible avec l’application DJI Go. En revanche, une solution alternative fonctionne: il s’agit de l’application DronePan qui, après avoir fonctionné avec l’Inspire 1, est compatible aujourd’hui avec les Phantom 3 et 4 ainsi qu’avec l’Osmo.

La stabilisation, issue des recherches pour les multirotors, fonctionne parfaitement. DJI n’en est pas à son coup d’essai et maîtrise parfaitement cette technologie. Les résultats sont donc tout à fait convaincants et je dois dire que j’ai été surpris car même en courant, je n’ai pu prendre en traitre l’Osmo. DJI vient à propos d’annoncer la sortie du Z-Axis qui permet d’accroitre la stabilisation sur le 4ème axe, le vertical. Le rendu colorimétrique est très bon dès lors qu’il y a suffisamment de lumière. Les images seront vite bruitées lors de prises de vues plus délicates.

L’Osmo intègre un micro au-dessus de la gâchette; je ne peux que vous conseillez l’achat d’un autre micro;  micro-fleximic-fm-15-pour-osmo-2.jpg

Vous trouverez sous la référence DJI FM-15, un excellent petit micro vendu pour une dizaine d’euro. Un investissement nécessaire. Lorsque l’on met sous tension l’Osmo, celle-ci  a besoin d’être, très rapidement, refroidie. Un petit ventilateur placé derrière la caméra se met en fonctionnent et est assez sonore. Rassurez-vous, DJI a pensé à tout! Lorsque vous déclenchez une prise de vue vidéo, le ventilateur s’arrête; malin!  Comme indiqué en introduction, la batterie livrée délivre une puissance de 980mAh; et de l’énergie, il en faut pour stabiliser la caméra! L’autonomie constatée s’approche des 60 minutes. L’achat d’une seconde batterie (39€) me parait des plus judicieux. Enfin, l’Osmo n’inclut pas de pas de vis photo. Ce choix, qui peut, de prime abord, paraitre surprenant, peut s’entendre car enfin, la caméra est stabilisée! Néanmoins, pour la réalisation d’un timelapse ou d’un panorama, il vous faudra passer par un trépied. Pour se faire, vous devrez acquérir la fixation universelle (28€) ainsi qu’un adaptateur de fixation 1/4 3/8 (8€). De nombreux autres accessoires sont également disponibles pour s’adapter à toutes les situations : LED, filtres, perche télescopique pour selfies, fixation guidon, fixation ventouse

A l’heure du bilan, force est de constater que l’Osmo ne déçoit pas et que les premières impressions furent les bonnes! La qualité de fabrication est irréprochable, l’aluminium ainsi que les plastiques augurent d’une certaine robustesse. Les images délivrées par l’Osmo sont fidèles à la réalité et son système de stabilisation permet, pour un budget contenu, d’accéder à une résultat qui, jusqu‘à présent, n’était accessible que pour les professionnels équipés d’une Ronin. Avec l’explosion des caméras sportives type « Gopro », l’Osmo arrive sur un marché mature et saura se faire une place notamment grâce à un parc d’accessoires déjà bien fourni (de la fixation pour guidon en passant par une base de fixation à ventouses). DJI nous livre un système fonctionnel qui saura satisfaire les utilisateurs les plus exigeants!
Retrouvez l’Osmo : http://store.dronevolt.com/fr/osmo/2202-osmo-dji-6958265104367.html

Et tous ces accessoires : http://store.dronevolt.com/fr/263-osmo

About The Author

Comments are closed.