mercredi, juillet 17, 2019
Store Dronevolt Blog

Phantom 4 – Test complet

 DJI Phantom 4 – Test complet

 

large_p1-4

Unboxinglarge_p6-1

Première impression, la boite est compacte et permet d’être utilisée comme valise de transport. Bien protégé, le Phantom 4 ne bouge pas à l’intérieur, les espaces libres sont optimisés, même la tablette a un emplacement déterminé.
Une fois hors de sa boite, les matériaux et la finition semblent de bonne qualité. Le plastique du châssis est brillant avec un touché très doux.
La radiocommande ressemble à celle du Phantom 3 Pro et de l’Inspire 1 mais le plastique est brillant (comme le châssis du Phantom 4). La nacelle est intégrée au châssis, rien de superflu ne dépasse. Les amortisseurs sont à l’intérieur du châssis. Les formes très propres.

MontageQucik release

Mettre les hélices est devenu un jeu d’enfant avec le système de « Quick Release ». Il suffit de les poser sur le moteur, tourner de 20° dans le bon sens (de toute façon il y a un
détrompeur).
Le son de l’allumage est beaucoup plus sympathique que le bip standard des multirotors en général, presque une chanson !
La première chose que l’on aperçoit c’est la détection d’obstacles (une zone de l’écran est dédiée à l’indication de la présence
d’obstacles ou d’objets à moins de 7 mètres du drone.

Autonomieaircraft_03-1cebc9a8d6b025507cc5dc99a9653c15

L’autonomie du Phantom 4 a légèrement été améliorée par rapport au Phantom 3. En mode OPTI (GPS), l’autonomie du Phantom 4 est d’environ 23 minutes et 17 minutes en mode sport à fond. Il restait 25% de batterie lorsque le drone est revenu à sa position initiale pour chacun des vols.

La prise en main

Le premier décollage se fait comme d’habitude, et là en mode GPS-OPTI il ne reste qu’à regarder son écran et filmer en 4K sans aucune vibration. Tout devient très (trop) facile. À savoir qu’en mode OPTI le Phantom 4 vole à faible vitesse, du fait de la reconnaissance d’obstacles, environ 22 km/h. Tout est simple, il monte doucement et avance tranquillement. Par contre, les images qu’on obtient sont de grande qualité.

Système anti-collision

Capture d’écran 2016-03-24 à 10.56.54Le système anti-collision fonctionne très bien quand il s’agit d’un objet dense.  Le Phantom 4 s’arrête net à 2 mètres de l’objet. On n’a pas la possibilité d’avancer même en poussant le manche en avant.
En revanche si l’objet n’est pas très dense,  comme une branche d’arbre en hiver,  la distance n’est pas très bien estimée, le système est donc moins fiable et on risque de taper une branche.

Le mode sportCapture d’écran 2016-03-24 à 10.54.22

L’automatisation du pilotage présente un intérêt majeur pour les prises de vue aérienne de grande qualité mais rend le pilotage moins excitant. Pour les pilotes à la recherche de plus de sensations, il faut passer en mode S (sport) et là on retrouve une machine beaucoup plus vive et rapide. Les 75km/h sont bien là et le pilotage devient engagé si on se rapproche du sol ou des objets. À savoir qu’en mode S le capteur de distance est désactivé. À pleine vitesse, le Phantom 4 avance avec un angle d’un peu plus de 45°. Par contre la nacelle tient la route (à défaut de ne pas tourner trop fort en roulis, on arrive vite à la limite).

Fonction Tapfly

Pour ce qui est des nouvelles fonctions, le tapfly et l’active track marchent bien. Le tapfly est plutôt « gadget », et possède une utilité plutôt relative. En gros on tape sur l’écran comme si c’était un joystick. On a vite envie de passer à autre chose.

Fonction Active TrackingCapture d’écran 2016-03-24 à 10.52.43

Pour le coup, une fois le mode de fonctionnement compris (le choix de l’objet/personne qui doit être assez grand sur l’image pour que le système le reconnaisse) le plan visuel change et on peut suivre un objet (s’il bouge) ou on peut tourner autour d’un objet immobile, en montant et descendant et l’objet reste au milieu du plan. Pas de mouvements parasites. Vraiment impressionnant. Le potentiel pour les tournages est immense, non seulement comme une sorte de follow sans la radiocommande.

Conclusion

Les +
  • Qualité et finition très bonnes.
  • Stabilité en vol excellente.
  • Qualité de la stabilisation de la caméra exemplaire.
  • Le mode active tracking, une vraie nouveauté.
  • La simplicité du montage des hélices avec le « Quick Release ».
  • La détection d’obstacles correcte (il ne peut pas détecter des branches sans feuilles par exemple).
  • Redondance des capteurs (même si ce n’est pas nouveau dans d’autres systèmes).
  • Une autonomie allongée.
Les –
  • En mode OPTI, la vitesse de vol est assez limitée.
  • Les commandes pourraient être un peu plus réactives.
  • En mode sport on arrive vite à la limite de la nacelle en roulis, ce qui peut la faire décrocher.
  • L’intérêt du Tapfly est assez limité.
Globalement, le Phantom 4 est une machine aboutie et très agréable à piloter qui fonctionne très bien. Un outil idéal et pratique à embarquer partout dans un sac à dos pour réaliser des images époustouflantes.

 

Pour acheter le Phantom 4, retrouvez le sur notre shop: http://store.dronevolt.com/fr/phantom/2384-phantom-4.html

Découvrez les premières images

About The Author

Comments are closed.